.

 ‾‾‾‾‾‾‾‾‾‾‾‾‾‾‾‾‾‾‾‾‾‾‾‾‾‾‾‾‾‾‾‾‾‾‾‾‾‾‾‾‾‾‾‾‾‾‾‾‾‾‾‾‾‾‾‾‾‾‾‾‾‾‾‾‾‾‾‾‾‾‾‾‾‾‾‾‾‾‾‾‾‾‾‾‾‾‾‾‾‾‾‾‾‾‾‾‾‾‾‾‾‾‾‾‾‾‾‾‾‾‾‾‾‾‾‾‾‾

COMMUNIQUÉ

À la page 44 du Point-Hors série. Les grandes biographies – Molière (janv.-févr. 2022), l’article «Une révolution comique» signé par moi puis corrigé selon les demandes de Mme Catherine Golliau qui me l’a commandé, a été ensuite remanié par je ne sais qui à mon insu avant publication. Ma phrase: « Chez Molière, même la comédie est donc susceptible de s’engouer de son propre succès, de succomber à la folie qu’elle dénonce », a été remplacée par « Molière n’est pas sans ignorer (sic!) que la comédie elle-même court le risque de succomber à la folie qu’elle dénonce. » Je tiens à préciser que je ne suis pour rien dans cette faute de style. Je n’emploie d’ailleurs pas la formule «n’être pas sans savoir», que je trouve pataude, banale et vulgaire. Et si j’en usais, je ne remplacerais pas «savoir» par «ignorer». C’est une ignorance qui aurait fait rougir un lycéen du temps de mes études. Elle semble avoir  pris de l’âge depuis.

Patrick Dandrey

 ‾‾‾‾‾‾‾‾‾‾‾‾‾‾‾‾‾‾‾‾‾‾‾‾‾‾‾‾‾‾‾‾‾‾‾‾‾‾‾‾‾‾‾‾‾‾‾‾‾‾‾‾‾‾‾‾‾‾‾‾‾‾‾‾‾‾‾‾‾‾‾‾‾‾‾‾‾‾‾‾‾‾‾‾‾‾‾‾‾‾‾‾‾‾‾‾‾‾‾‾‾‾‾‾‾‾‾‾‾‾‾‾‾‾‾‾‾‾

.                                                                              

.

.

Patrick DANDREY est professeur émérite de littérature française du XVIIe siècle à la faculté des Lettres de la Sorbonne («Sorbonne-Université»). Membre de la Société Royale du Canada (Académie des Arts, Lettres et Sciences humaines), membre correspondant de l’Académie des Sciences, Inscriptions et Belles-Lettres de Toulouse et de l’Académie nationale des Sciences, Belles-Lettres et Arts de Bordeaux, il préside la Société des Amis de Jean de La Fontaine.

 

Spécialiste de la littérature et de la culture du XVIIe siècle français, Molière et La Fontaine notamment, et de l’ancienne médecine de l’âme, en particulier l’imaginaire de la mélancolie, il leur a consacré une vingtaine d’ouvrages, autant d’éditions critiques et travaux éditoriaux, et un peu moins de deux cents études et articles .

 

Invité d’enseignement de plusieurs universités étrangères (Moscou et Saint-Pétersbourg, Columbia/New York et Chicago, Lausanne et Bâle, Cluj-Napoca), il dirige la revue Le Fablier, et pilote ou a piloté plusieurs collections éditoriales (aux éditions Honoré Champion, Hermann et Klincksieck) et intervient périodiquement dans les médias culturels (revues, radio et télévision).

 

Présentation en ligne: Itinéraire d’un chercheur

.

.
.

.

Contact: Patrick.Dandrey@sorbonne-universite.fr