— Menu déroulant —

1. Séminaire de sorbonne. Programme 2017-2018.

2. Séminaire de printemps 2018. Université de Bâle.

.

.

.

;&11

1

.

— SEMINAIRE DE SORBONNE (2017-2018) —

.


Comment le texte ancien fait sens 

Régimes de signification et conditions d’interprétation de l’œuvre littéraire,

de la Renaissance aux Lumières (du 16e au 18e s.)


Salle des Actes de Paris-Sorbonne, les mardis de 18h à 20h

.

.

Cycle de conférences de séminaire préparé par Patrick Dandrey et Delphine Amstutz

co-organisé sous l’égide du CELLF 17e-18e / UMR 8599 du CNRS

(Séminaire de master 1ère et 2e année, module FR 430A)

.

.

.

ARGUMENTAIRE

Il y a trois manières de lire un texte antérieur à 1800 : une manière immédiate, qui suppose de se l’approprier sans souci de son contexte, en s’ouvrant à toutes les suggestions qu’on en tire, qu’on y suppose ou qu’on y projette ; et deux manières médiates. L’une, médiation hétérogène, projette sur le texte une grille herméneutique intemporelle, i.e. actuelle (psychanalytique, sociologique, linguistique, philosophique, narratologique, génétique, etc.) qui le surplombe et en accouche la signification. C’est l’approche par la théorie (intemporelle) de la littérature. L’autre, médiation homogène, qui fera l’objet de ce séminaire, sollicite du texte, de son contexte, de sa poétique et plus largement des savoirs de son temps, la portée celée qu’il pouvait avoir à l’époque de son invention et de sa première lecture : la caducité de ces modèles en a souvent effacé la mémoire et l’efficacité. L’histoire littéraire telle que nous l’entendons tente de restituer ces lectures oubliées, empruntant aux savoirs ésotériques, allégoriques, symboliques, religieux, médicaux, moraux, rhétoriques (etc.) de jadis leurs outils, contemporains de l’écriture des ouvrages dont ils n’entendent pas pratiquer une extraction physique de la signification, mais la révéler chimiquement. Ce sont ces grilles « internes », ces chiffres et ces codes inhérents à la création littéraire, artistique et intellectuelle ancienne, qu’on voudrait répertorier et faire fonctionner sur diverses œuvres allant de la Renaissance jusqu’à la fin du XVIIIe siècle, pour en évaluer la pertinence et la fécondité dans la révélation d’un sens ni gratuit ni ouvert ni anachronique, mais inclus dans les textes au cœur de leur processus d’invention et gouvernant leur régime de signification de manière non certes exclusive (les deux approches sont le plus souvent complémentaires), mais privilégiant  la pertinence historique. Bref, comment lire un texte ancien à partir de la mise au jour des manières (oubliées) dont il faisait sens.

.<.

.

26 septembre

Patrick Dandrey

Introduction — Comment le texte fait sens : d’un fabliau et de ses lectures

Texte de la conférence: Sémi 17-18 (1) Vilain mire

.

3 octobre,

Bernard Beugnot (Université de Montréal, Canada)

Conférence inaugurale — Visite de l’atelier classique: de l’invention à la lecture

.

10 octobre

 Francis Goyet (Université Grenoble Alpes)

Montaigne et les audace de la prudence

.

17 octobre

Adeline Lionetto (Université de Paris-Sorbonne)

Comment lire la poésie des fêtes de cour au temps de Pierre de Ronsard ?

.

31 octobre

 Patrick Dandrey 

Le texte rabelaisien fait-il « non-sens » ? 

De la querelle du Prologue de Gargantua aux éloges paradoxaux du Tiers Livre

Texte de la conférence: Rabelais paradoxal conf

 

.

7 novembre

Bernard Teyssandier (Université de Reims Champagne-Ardenne)

L’édition 1614 des Images de Philostrate :

un carrefour herméneutique de l’illustration morale

.

14 novembre ( amphi Guizot en Sorbonne)

Delphine Amstutz

Lire les romans de l’âge baroque

.

21 novembre (amphi Guizot en Sorbonne)

Guillaume Peureux  (Université de Paris Nanterre)

 Saint-Amant, poète « capricieux »

.

28 novembre

Patrick Dandrey

Molière et la comédie du monde à l’envers.

.

5 décembre

Jean-Patrice Courtois (Université Paris-Diderot)

Les philosophes du 18e siècle. et la théorie des climats

.

12 décembre

Marc Hersant (Université de la Sorbonne nouvelle-Paris 3)

Vrai historique et historicité du vrai dans les Mémoires de Saint-Simon

.

.

.

.

30 janvier

Patrick Dandrey

Introduction du séminaire

Portrait du poète en jardinier : Jean de La Fontaine et les féeries d’Hortésie

 

6 février,

 Boris Donné (Université d’Avignon)

Conférence inaugurale

Tabac de contrebande: les miroitements du sens dans le prologue de Don Juan.

 

13 février

Alain Génetiot (Université de Lorraine)

Comment lire la poésie du XVIIe siècle ?

 

20 février

Christian Belin (Université Paul-Valéry-Montpellier)

«Comme en un tableau…comme une histoire. ..comme une fable »

Exercice biographique et tradition spirituelle dans le Discours de la méthode (chap. I) 

 

6 mars

Emmanuelle Hénin (Université Paris-Sorbonne)

L’Âge classique croyait-il à ses mythes esthétiques ?

13 mars

 Dominique Brancher (Université de Bâle, Suisse)

Ecrire le corps en français au XVIe siècle : le partage des styles et des savoirs en question

 

20 mars

Martial Poirson (Université Paris 8 Vincennes-Saint-Denis)

 Economie et littérature dans les textes du XVIIIe siècle

27 mars

Florence Dumora (Université Paris-Diderot)

Manières de faire l’histoire du rêve: songes anciens et pratiques interprétatives

 

3 avril

Colas Duflo (Université Paris-Nanterre)

 Télémaque au pays du non-sens:

une lecture des fictions politiques du Cleveland de Prévost

10 avril

Patrick Dandrey

Ultima lectio

.
.

 

..

2

.

— SEMINAIRE DE PRINTEMPS 2018. UNIVERSITE DE BÂLE —

.


Images, humeurs et idées noires

;

Anthropologie littéraire de la souffrance mélancolique en France

entre Renaissance et Lumières (XVIe-XVIIIe s.) 

.

.

Universität Basel, Französisches Seminar, Maiengasse 51, salle 104

.

.

ARGUMENTAIRE

.

L’expression littéraire de la souffrance a une histoire, structurée par les savoirs qui constituent l’anthropologie ancienne. Parmi ces savoirs, la Fable médico-morale de l’humeur noire (la mélan-colie) a saturé les représentations littéraires, artistiques, philosophiques et éthiques de l’homme, depuis l’Antiquité grecque jusqu’au XIXe siècle. Ce séminaire proposera un voyage dans ce continent noir, dont l’expansion fut considérable entre la Renaissance et le siècle des Lumières : sorcellerie, possession, lycanthropie, nostalgie, fureur créatrice, maladie d’amour, obsessions morbides, folies douces ou furieuses, etc. constituent un répertoire de la souffrance auquel la mélancolie sous ses formes si diverses a proposé une grille d’analyse méconnue, surprenante et efficace, qu’il faut restituer pour comprendre le sens celé de bien des textes dramatiques, poétiques, romanesques, moralistes ou biographiques des XVIe, XVIIe et XVIIIe siècles.

(Le séminaire portera en priorité sur les textes du domaine français).

 

Les séminaires auront lieu par quinzaine les 8 et 22 mars, 5 et 19 avril, 3 et 17 mai de 15h à 18h30. L’enseignement sera validé par un examen le 31 mai, dont le sujet consistera dans l’élaboration d’une synthèse personnelle sur les sujets traités durant l’ensemble de séances.

 .

.

PLAN DU COURS

 .

8 mars. La fable de l’humeur noire : origines médicales et philosophiques d’une rêverie anthropologique. D’Hippocrate (–Ve s.) à Burton (XVIIe s.)

 .

22 mars. Le deuil d’aimer : de la maladie d’amour à la mélancolie érotique.

 .

5 avril. La maladie de l’exil : de la souffrance du regret à la pathologie de la nostalgie.

 .

19 avril. Une «autofiction» mélancolique : Le Page disgracié de Tristan L’Hermite (1643)

3 mai. Possessions diaboliques : l’acédie des cénobites, la mélancolie des loups-garous et l’hystérie des moniales.

 .

17 mai. La mélancolie de l’artiste et sa cure : inspiration maladive et catharsis créatrice.

 .

SUGGESTIONS BIBLIOGRAPHIQUES

 .

Burton, Robert, Anatomie de la mélancolie, 1621. Choix et traduction nouvelle de Gisèle Venet, Paris, Gallimard, 2005.

Du Laurens, André, Discours des maladies mélancoliques, 1594. Ed. Radu Suciu, Paris, Klincksieck, 2012.

Ferrand, Jacques, De la Maladie d’amour, ou mélancolie érotique. 1623. Ed. Donald A. Beecher et Massimo Ciavolella, A Treatise on Lovesickness, with a Critical Introduction and Notes, Syracuse U.P., New York, 1990. Trad. fr. de cette édition anglophone : Paris, Classiques Garnier, 2010, « Textes de la Renaissance ».

Molière, Le Malade imaginaire, 1673. Ed. Georges Couton, Paris, Gallimard, « Folio », 1999.

Racine, Jean, Phèdre. Ed. Boris Donné, Paris, Flammarion, GF, 2000.

Tristan L’Hermite, François de, Le Page disgracié, 1643. Ed. Jacques Prévot, Paris, Gallimard, « Folio », 1994.

 

Ciavolella, Massimo, La Malattia d’amore dall’antichità al Medioevo, Rome, Bulzoni, 1976.

Flashar, Helmut, Melancholie und melankoliker in den medizinischen Theorien der Antike, Berlin, De Guyter, 1966.

Klibansky, Raymond , Panofsky, Erwin et Saxl, Fritz, Saturn and Melancholy. Studies of natural Philosophy, Religion and Art, Londres et New York, Th. Nelson, 1964 (Saturne et la mélancolie. Etudes historiques et philosophiques : nature, religion, médecine et art, trad. de l’anglais par Fabienne Durand-Bogaert et Louis Evrard, Paris, Gallimard, 1989)

Pigeaud, Jackie, Melancholia. Le malaise de l’individu, Paris, Payot et Rivages, 2008.

Starobinski, Jean, L’Encre de la mélancolie, Paris, Seuil, 2012.


.

: